Pionnier.ère.s en histoire de la musique et en études queer au Québec

14 mai 2021

Horaire

  • 9h30

    Mot de bienvenue

    icône autheur

    Vanessa Blais-Tremblay (UQAM, CRILCQ, IREF)

  • Présentation du volume 31.1 de la revue Circuit Quelle norme ? Parole queer et création musicale

    icône autheur

    Maxime McKinley

    Compositeur, Maxime McKinley a étudié à Montréal avec Michel Gonneville et Isabelle Panneton avant de se perfectionner à Paris auprès de Martin Matalon et Gérard Pesson. Il a reçu les prix Opus « Compositeur de l’année » (2014) et « Article de l’année » (2015), le prix d’Europe de composition (2009), ainsi que onze prix au Concours des jeunes compositeurs de la Fondation Socan (2003-2011). Ses œuvres sont jouées régulièrement au Canada et ailleurs dans le monde, par plusieurs solistes, ensembles et orchestres renommés. Il a été compositeur en résidence à la Chapelle historique du Bon-Pasteur de septembre 2011 à mai 2014 et terminait, en 2016, la réalisation d’un projet de recherche-création portant sur la poésie de Philippe Beck à la Chaire de recherche du Canada en esthétique et poétique, avec le soutien du Fonds de recherche du Québec (frqsc). Ses textes ont paru dans diverses revues, notamment Circuit, musiques contemporaines, dont il est le rédacteur en chef depuis 2016. En 2017, ses échanges avec le compositeur Pascal Dusapin (correspondance et entretiens) ont été publiés aux Presses universitaires du Septentrion. Depuis 2017, il enseigne occasionnellement au Conservatoire de musique de Montréal.

  • 9h45

    De l’expression d’un désir gay et du queer dans l’opéra contemporain : le cas d’Elia (2004) de Silvio Palmieri

    Avec son opéra de chambre Elia (2004), le compositeur Silvio Palmieri (1957-2018) fait figure de précurseur dans la représentation de l’homosexualité sur les scènes lyriques : pour la première fois dans un opéra québécois, des personnages gays expriment leur condition et leur désir. Dans un contexte où la représentation des réalités queers au sein du genre opératique est de plus en plus courante et explicite, cette analyse examine les stratégies créatrices qui permettent à Palmieri d’exprimer dans son œuvre un désir homosexuel, mettant en lumière les choix dramatiques et musicaux qui contribuent à l’incarnation de cette notion de désir et, plus largement, les attributs queers de cette proposition artistique. // With his chamber opera Elia (2004), composer Silvio Palmieri (1957-2018) is a pioneer in the representation of homosexuality on the operatic stage: for the first time in a québécois opera, gay characters express their condi-tion and desire. In a context where the representation of queer realities within the operatic genre is increasingly common and explicit, this analysis examines the creative strategies that allow Palmieri to express a homosexual desire in his work, highlighting the dramatic and musi-cal choices that contribute to the embodiment of this notion of desire and, more broadly, the queer attributes of this artistic proposal.

    icône autheur

    Éric Champagne

    Récipiendaire du prix Opus « Compositeur de l’année » en 2020, Éric Champagne vit et travaille à Montréal. Il a étudié, entre autres, auprès de Michel Tétreault, François-Hugues Leclair, Michel Longtin, Denis Gougeon, Luis de Pablo, José Evangelista, John McCabe et Gary Kulesha. Sa musique est régulièrement interprétée au Québec comme à l’étranger. Il a de plus collaboré avec divers poètes et artistes visuels pour la réalisation de projets multi-disciplinaires. Compositeur en résidence à l’Orchestre Métropolitain (om) de Montréal de 2012 à 2014, il occupe le même poste à la Chapelle historique du Bon-Pasteur de Montréal de 2016 à 2018. En juin 2017, son monumental Te Deum, pour solistes, chœur et orchestre, a été présenté au Carnegie Hall de New York. De plus, Yannick Nézet-Séguin et l’om ont interprété en novembre 2017 son poème symphonique Exil intérieur en novembre 2017, lors de concerts donnés à Cologne, Amsterdam et Paris.

  • 10h15

    Je ne m’apitoie plus sur le fait : homosexualité et engagement identitaire dans les écrits et prises de parole de Claude Vivier

    En 1991, la revue Circuit consacre son numéro double du volume 2 au compositeur Claude Vivier (1948-1983), dont la majeure partie est constituée de ses écrits, remontant jusqu’à son adolescence. Mais alors que l’artiste s’identifiait ouvertement comme homosexuel, le thème est pratiquement absent des catégories d’écrits sélectionnés. Cet article se penche d’abord sur les choix éditoriaux qui ont présidé à l’édition de ses écrits, puis sur leurs conséquences sur la perception du personnage Claude Vivier et de son style musical, en souhaitant attirer l’attention sur d’autres prises de parole publiques et privées du compositeur, dans lesquelles ces aspects sont mis de l’avant, notamment sa correspondance et ses esquisses, disponibles en archives. En offrant des liens avec les queer studies et le traitement de l’homosexualité de Tchaïkovski, la personnalité et le style de Vivier seront éclairés d’un éventail plus large de ses propos. // In 1991, the journal Circuit devoted its double issue of volume 2 to the composer Claude Vivier (1948-1983), most of which is made up of his writings, some of which dating back to his adolescence. But while the composer openly identified himself as gay, the theme is vir-tually absent from the selected categories of writing. This article first examines the editorial choices that presided over the publication of his writings, and their consequences on the perception of Claude Vivier’s persona and musical style, wishing to draw attention to other public and private discourses of the composer in which these aspects are put forward, such as his cor-respondence and sketches, which are available in the archives. By offering links to the queer studies and the treatment of Tchaikovsky’s homosexuality, Vivier’s per-sonality and style will be informed by a broader range of his discourses.

    icône autheur

    Martine Rhéaume

    Martine Rhéaume est éditrice et rédactrice marketing dans les domaines de la diversité et de l’apprentissage. Détentrice d’un diplôme d’études supérieures spécialisées en communication marketing (hec Montréal, 2016), elle obtenait, en 2013, le titre de docteur en musicologie pour une thèse portant sur le style Claude Vivier, dirigée par Jean-Jacques Nattiez et financée par le crsh (Université de Montréal). Chargée de cours à l’Université de Montréal, au Cégep Sainte-Foy et au Collège Lionel-Groulx de 2007 à 2010, elle prend conscience, au contact de ses étudiant.e.s, de la passion qui l’anime pour la conception et la création d’univers d’enseignement centrés sur l’apprenant.e. Elle agit ensuite à titre d’éditrice et de conceptrice pour les cégeps et les universités, ainsi que pour la renommée maison d’édition Chenelière Éducation de 2011 à 2016. Depuis, sa carrière l’a menée chez C2 Montréal, GSoft et L’effet A. Recherchée pour sa plume directe et facile d’approche, elle collabore notamment avec l’Orchestre Métropolitain et Tourisme Montréal depuis 2017.

  • 10h45

    PAUSE

  • 10h55

    Table ronde : Enjeux de la recherche en musique et en études queer aujourd’hui.

    icône autheur

    Avec la participation de Lisa Barg (Université McGill), Kirsten van Vliet (Université McGill) et Symon Henry.

  • 11h45

    Mot de la fin